Citoyens sans frontieres.

Author:de Miranda, Danilo Santos
Position:Efforts of Social Service of Trade for immigrants' welfare in Brazil
 
FREE EXCERPT

Abstract

Brazil has become a host country for thousands of Latin-American and African people, especially those who speak Portuguese. This article discusses the activities of non-governmental organizations working with these refugees; more specifically, the efforts of SESC (Social Service of Trade), a sui generis institution engaged in socio-cultural activities in Latin America.

Resume

Le Bresil est devenu actuellement un pays d'accueil pour des milliers de latino-americains et d'africains, surtout ceux de langue portugaise. L'article releve du travail des organisations de la societe civile envers ces refugies, en particulier l'effort du SESC (Service Social du Commerce), une institution sui generis d'action socioculturelie en Amerique Latine.

**********

Victimes de conflits ethniques, de guerres, de persecutions politiques ou religieuses, ou simplement misereux sociaux et economiques, les refugies affrontent frequemment un nouvel obstacle dans le pays qui leur donne asile : celui qui rend difficile leur reconnaissance comme citoyen et par consequent, comme personne ayant des droits sociaux et economiques, indispensables au retablissement d'une vie normale et socialement digne. Sebastiao Salgado, le celebre photographe bresilien dont l'oeuvre montre la realite de ces abandonnes, affirme dans Exodos:

Les refugies et les personnes deplacees se distinguent des immigrants car ils ne revent pas d'une vie differente. En general, ce sont des personnes communes, des > qui menent leur vie d'agriculteurs, d'etudiants ou de femmes au foyer jusqu'au moment ou leurs destins s'associent violemment a la repression ou la guerre. D'un seul coup, ayant perdu leur maison, leur travail et parfois des etres chers, ils sont depouilles meme de leur propre identite. Ils deviennent des gens en fuite, des visages sur des journaux televises ou des photographies, des chiffres dans des camps de refugies, des queues pour distribution d'aliments. Contrat cruel qu'est le leur : en echange de leur survie ils abdiquent de leur dignite. Ils ont rarement, en outre, les conditions de retrouver une vie normale, tout du moins, comme celle qu'ils avaient avant. Certains deviennent des refugies permanents, habitants des camps de refugies, comme les Palestiniens au Liban. Il est bien courant que les refugies n'ont pas de voix au chapitre des conflits politiques, ethniques et religieux qui degenerent en atrocites. Comment consoler ces gens, qui on assiste a ce que l'humanite a de pire? Actuellement, le Bresil est un choix pour beaucoup de personnes en quete de refuge, venant d'Amerique du Sud (notamment Bolivie, Perou et Colombie) et d'Afrique (Congo, Angola et Mozambique). Ils sont environ 3 200, parmi lesquels 1 600 se trouvent a Sao Paulo. Ce contingent a augmente, surtout a partir de 1997, lorsque, finalement, le dispositif international d'accueil, cree...

To continue reading

FREE SIGN UP